English version
Flux RSS
Accueil
Accueil > Compétences > Politique scientifique > Verrous scientifiques > Entretien avec Grégoire Allaire, Président du Conseil scientifique d’IFPEN

Verrous scientifiques

Entretien avec Grégoire Allaire, Président du Conseil scientifique d’IFPEN

Grégoire Allaire,
Professeur de mathématiques appliquées à l’Ecole polytechnique,
a été nommé président du Conseil scientifique d’IFPEN en mai 2016.

 
Il nous présente sa vision de la recherche fondamentale d’IFPEN et du rôle du Conseil scientifique.

 

  • Quel parcours vous a conduit à présider le Conseil scientifique d’IFPEN ?

Grégoire Allaire : Au-delà de mon expérience académique, je connais bien le monde de la recherche appliquée pour avoir travaillé près de dix ans au CEA. Mes thématiques de recherche ont toujours été proches de celles d’IFPEN : le calcul scientifique, la modélisation multi-échelle ou encore l’optimisation de structures mécaniques font partie de mes domaines d’étude. J’ai en particulier beaucoup travaillé sur les modèles d’écoulement multiphasique ainsi que le transport en milieux poreux. Cette proximité m’a amené à collaborer avec le Conseil scientifique d’IFPEN, d’abord en tant qu’expert associé il y a quelques années, puis en tant que membre en 2014. J’ai été à la fois surpris et très honoré d’être choisi pour assurer la présidence du Conseil scientifique au départ de Sébastien Candel, dont je profite pour saluer le travail et l’engagement. 

 

  • Quel  regard portez-vous sur IFPEN ?

G. A. : Le premier mot qui me vient à l’esprit, c’est originalité. IFPEN est un organisme de recherche atypique, en raison de son mode de financement public-privé. Le degré de valorisation par l’industrie des technologies développées par ses chercheurs est tout à fait exceptionnel. Ce qui est remarquable également, c’est qu’IFPEN maintient un haut niveau scientifique. Avec un tiers des activités de recherche et d’innovation consacrées à la recherche fondamentale, IFPEN a trouvé son équilibre. Le rôle du Conseil scientifique est de veiller au maintien d'une part suffisante de recherche fondamentale, tout en aidant IFPEN à déterminer où placer ses efforts et quels moyens mobiliser. Cela me paraît indispensable pour préparer l’avenir, les énergies et les transports de demain.

L’autre caractéristique essentielle d’IFPEN à mes yeux, c’est sa pluridisciplinarité. Dans ma carrière, j’ai eu l’occasion de côtoyer des chimistes, des physiciens, des mécaniciens. À IFPEN, je découvre de nouveaux domaines et de nouvelles problématiques scientifiques passionnantes, souvent transverses. L’approche pluridisciplinaire des projets de recherche est une des forces d’IFPEN.

  

  • Quel est pour vous l’apport du Conseil scientifique à IFPEN ?

G. A. : Le Conseil scientifique est là pour apporter un regard extérieur, un éclairage académique, et veiller à la qualité de la stratégie scientifique. IFPEN a structuré sa recherche fondamentale autour de grands problèmes scientifiques transverses, appelés « verrous scientifiques ». Une des missions du Conseil est d’accompagner IFPEN dans cette démarche, qui apporte notamment une meilleure lisibilité vis-à-vis de l’extérieur. IFPEN, à lui tout seul, n’est pas en capacité de résoudre les neuf verrous identifiés. Prenons l’exemple du verrou « Traiter de manière optimale les flux massifs de données d’expérimentation ou de simulation ». Sur cette thématique très actuelle qui nécessite beaucoup de ressources, s’allier à des partenaires extérieurs est essentiel. Le rôle du Conseil scientifique est d’aider IFPEN à identifier et entrer en relation avec des partenaires potentiels pour lever les verrous, qu’ils s’agissent d’acteurs universitaires ou de centres de recherche comme Inria, le CEA ou le CNRS.

Par ailleurs, il me paraît important qu’IFPEN incite ses chercheurs à publier dans les meilleures revues scientifiques ou leur permette de soutenir des habilitations à diriger des recherches (HDR). Il s’agit en en effet d’aspects incontournables pour un organisme de recherche et cela fait partie de mes points de vigilance.

Enfin, le Conseil scientifique est responsable du processus de sélection des sujets de thèse et de leur évaluation à mi-parcours. Il s’agit là d’un rôle très important à mes yeux, dans lequel le Conseil s’investit pleinement. À ce sujet, je dois dire que j’ai été particulièrement impressionné par la qualité exceptionnelle des travaux du lauréat du prix de thèse Yves Chauvin 2016, Kim Larmier. Ce jeune chercheur possède à la fois un degré de maturité scientifique et un CV tout à fait remarquables pour son âge. Cela témoigne de la capacité d’IFPEN à encadrer des thèses de haut niveau, mais aussi à attirer les meilleurs doctorants. IFPEN est un bel organisme, dont nous pouvons être fiers !

 

+ Pour en savoir plus sur Grégoire Allaire, consultez sa page personnelle

> Conseil scientifique

> Verrous scientifiques


 

L'espace Découverte vous propose des clés pour comprendre les enjeux énergétiques du 21ème siècle liés à un développement durable de notre planète.

Liste de liens

  • Imprimer la page

Chiffre clé

25

C’est le nombre d’experts et directeurs experts IFPEN associés à la démarche "verrous scientifiques".